Comment faire?

Il suffit de trois pas pour prendre l’élan de l’engagement et partir sur de bonnes bases. Ensuite, c’est le chemin qui compte, la démarche où l’on progresse étape par étape et en continu, en prenant le temps de réfléchir et d’agir au cœur de l’organisation.

 

Premier pas : considérez que la responsabilité sociétale est accessible à votre organisation.

C’est simple : il vous suffit d’avoir...
 La volonté de progresser pour l’environnement et l’humain, en connaissance des bénéfices de la démarche pour la performance de l’organisation.
 ET/OU la nécessité de conformer votre TPE ou PME aux obligations des sous-traitants ou fournisseurs de grandes entreprises nationales ou internationales, soumises par la loi française au devoir de vigilance pour prévenir les atteintes graves envers les droits humains, la santé et la sécurité des personnes, l’environnement.

Vous en faites certainement déjà! Démarrer par un état des lieux/ diagnostic.

Deuxième pas : appropriez-vous les bases de la responsabilité sociétale.

La démarche repose sur quelques principes et très nombreuses bonnes pratiques qui s’intègrent aux décisions de l’entreprise, influent sa stratégie et vont jusqu’à la transformer pour le mieux.
Les principes clés sont la redevabilité, la transparence, le comportement éthique, la reconnaissance des parties prenantes (clients, salariés, partenaires, fournisseurs...) le respect du principe de légalité, le respect des droits de l’Homme.

Les bonnes pratiques concernent trois domaines : 

La société et l’humain : un acteur investi dans la responsabilité sociétale peut agir concrètement par la formation de son personnel, le respect du droit des collaborateurs, le dialogue social, la promotion de l’égalité des chances et de la diversité, la lutte contre l’exclusion sociale, les programmes de prévention santé ou de bien-être au travail, l’aide ou le mécénat pour les associations à finalité sociale...
 

L’économie : votre engagement peut, par exemple, concerner la satisfaction et la fidélisation des clients, la promotion de la responsabilité dans la chaine de valeur, une politique d’achats au juste prix, des délais raisonnables avec des contrats stables...


 L’environnement : votre responsabilité sociétale peut avoir des priorités telles que la prévention de la pollution, l’utilisation durable des ressources (eau, énergie...), l’atténuation des changements climatiques, la protection de la biodiversité et la réhabilitation des habitats naturels...

Troisième pas : trouvez les appuis pour vous engager dans une démarche socialement responsable.

Des conseils et des expertises : membre de Murmuration, vous bénéficiez de conférences, ateliers et formations qui vous aident à y voir clair, décider et avancer. Vous pouvez également solliciter un diagnostic et un accompagnement auprès de consultants RSE.


Des ressources et des bonnes pratiques : vous pouvez y accéder sur ce site en référençant votre organisation dans l’annuaire pour intégrer le collectif Murmuration. Vous pouvez utiliser en libre accès les outils de " La Malette RSE" crée par Face Hérault.

Des normes et référentiels volontaristes, adaptés à tous types d’organisation, pour fixer les lignes directrices et mesurer les progrès : ISO 26000 (norme internationale), Global reporting initiative (79 indicateurs de développement durable), le Pacte mondial (10 principes clés).


Des financements publics et privés de l’ADEME Occitanie, de la Banque populaire du Sud, du CIC (prêt transition RSE), de AFDAS, BPI France.

Les labels
link